in

REX KAZADI: UN CAS DE TSHISEKEDISME ÉTOUFFÉ PAR L’AMBITION POLITIQUE PERSONNELLE INCONTRÔLÉE


Nous devons apprendre par ce que nous observons et l’expérience des autres. La politique au Kongo ne doit plus en principe nous surprendre car nous avons beaucoup vu. Des professeurs brillants devenir des fossoyeurs de l’histoire pour le positionnement politique. Qui n’a pas connu Rex Kazadi, le vaillant combattant de la diaspora avec des qualités oratoires incontestables?

Rex Kazadi a été de plusieurs combats contre le régime de Kabila mais aussi pour défendre le tshisekedisme avec le groupe BPK. Cependant, les ambitions politiques hâtives l’ont poussé vite au jeu de positionnement. Précipitamment, Il fait du BPK un parti Politique (allié de l’Udps). Il descend au Kongo pour se lancer et il est toujours derrière la base de l’Udps.

Lui qui était tshisekediste avec des liens avérés avec l’Udps avait préféré la facilité politique à la Kongolaise. Mais, devant les réalités du terrain, il a du se rabattre pour chercher à être aligné comme candidat Udps. Mais, comme il était difficile de l’aligner avec les pressions des membres du terrain, l’homme, dans ses calculs politiciens, a été forcé d’embrasser la dynamique de l’opposition de Fayulu.

Avec l’arrivée de Lamuka, il s’est vu obligé de tourner ses armes contre l’Udps et à vaguer à contre courant pour défendre ses intérêts policiens. Logique, n’est-ce pas? Et pourtant, étant Tshisekediste dynamique et avec son atout oratoire, Rex Kazadi pouvait bien se faire membre de l’Udps et être patient. Il pouvait laisser passer ces élections 2018 et attendre. Il serait peut-être devenu le porte-parole du parti ou du président. Nous devons combattre cette façon de faire de la Politique au Kongo.





Source d’article

What do you think?

0 points
Upvote Downvote

Written by Congo-buzz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fally Ipupa parle de Ferré gola

BAHATI reclamme de droit les 4 ministères dont un ministère d’État et une vice-primature