in

L'Ouganda et ses meilleures performances aux Jeux du Commonwealth: boxeurs et athlètes de piste dans les années 1970

introduction

C'est aux Jeux du Commonwealth des Nations de 1970 et de 1974, qui se sont déroulés respectivement à Edimbourg, en Écosse, et à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, que les concurrents de l'Ouganda ont été les plus victorieux de ces événements quadriennaux.

En 1970, la performance de l'Ouganda en boxe était la plus inspirante. L'Ouganda remporta trois médailles d'or (James Odwori, Mohamed Muruli et Benson Masanda) et deux médailles d'argent (Leo Rwabwogo et Deogratias Musoke). Les autres médailles remportées par l'Ouganda étaient sur la piste: la médaille d'argent de William Koskei au 400 mètres haies et la médaille de bronze de Judith Ayaa au 400 mètres féminin. L’Ouganda s’est tout aussi bien comporté aux Jeux du Commonwealth de 1970.

Les médailles de bronze remportées en boxe aux Jeux du Commonwealth de 1966 à Kingston en Jamaïque par Alex Odhiambo, Mathias Ouma et Benson Ocan indiquaient que l’Ouganda était en train de grimper dans les rangs internationaux de la boxe amateur. La performance de l'Ouganda aux Jeux du Commonwealth, quatre ans plus tôt (1962) à Perth en Australie, a permis à l'Ouganda de remporter sa première médaille d'or du Commonwealth grâce au boxeur poids lourd George Oywello. Les victoires en médaille de bronze en boxe de John Sentongo et du futur commandant de l'armée nationale et membre du Comité olympique, Francis Nyangweso, étaient également impressionnantes, ainsi que la médaille d'argent remportée par la future formatrice en boxe nationale, Kesi Odongo. Pour renforcer la confiance de l’Ouganda dans le monde de la boxe, il s’agissait de la première et unique médaille olympique remportée, en 1968, à Mexico, par les boxeurs Leo Rwabwogo et Eridadi Mukwanga (médailles de bronze et d’argent respectivement). Cela en dépit des nobles jugements olympiques de 1968 et de 1972 qui semblaient teintés de préjugés raciaux et de favoritisme.

Edimbourg, Ecosse 1970

Aux Jeux du Commonwealth des Nations de 1970, l'adolescent James Odwori était le compétiteur de boxe de l'Ouganda dans la division des poids mouche. Le début a été assez facile pour Odwori, étant donné qu’il n’était pas classé parmi les quatre poids lourd sur les dix qui se disputeraient lors des tours préliminaires du 17 juillet. Étant donné que le nombre total de concurrents dans les divisions poids très faible et poids très élevé était relativement moins élevé, beaucoup ont été automatiquement classés au tour suivant – les quarts de finale. Le premier combat en quarts de finale des poids mouches a eu lieu le 20 juillet. Odwori a battu Anthony Kerr du pays hôte, l'Ecosse, aux points, et a mérité son billet pour les demi-finales. Dans les demi-finales où se disputaient quatre prétendants, Odwori devait à nouveau se qualifier pour le premier combat. À la majorité des points, Odwori a battu le Britannique Mickey Abrams de manière impressionnante le 22 juillet et s'est qualifié pour la finale! Odwori devancerait Anthony Davis du Pays de Galles par des points et remporterait la première médaille d'or des Jeux du Commonwealth en Ouganda en 1970. Odwori avait imposé de manière impressionnante la norme pour les boxeurs ougandais. Il boxa pour les prisons ougandaises et les équipes nationales pendant plus de dix ans, puis retourna dans son Kenya natal où il devint l'entraîneur de boxe des Prisons du Kenya, puis l'entraîneur national du Kenya.

La division poids mouche a impliqué douze concurrents aux Jeux du Commonwealth de 1970. Tout comme Odwori, le prétendant ougandais, Leo Rwabwogo, a heureusement ignoré la ronde préliminaire du 17 juillet, de sorte qu'il se serait d'abord affronté en tant que quart de finaliste. Le 20 juillet, Leo Rwabwogo était en quart de finale pour affronter Leon Nissen (dont le jumeau Henry était également boxeur) de l'Australie. L'arbitre a arrêté le combat au deuxième tour, un KO technique en faveur de Rwabwogo, permettant à Rwabwogo de se qualifier pour les demi-finales. Le 22 juillet, Rwabwogo a été placé dans le premier combat en demi-finale des poids coq avec son adversaire irlandais David Larmour, âgé de 18 ans, qui deviendrait plus tard un boxeur olympien et professionnel. Rwabwogo a été élu à la majorité des points. Pour la finale, Rwabwogo se battrait avec le futur professionnel et anglais David (Dave) Needham de Nottingham. Needham a largement dominé Rwabwogo par 4 à 1, ce qui a permis à Rwabwogo de se contenter de la médaille d'argent. Rwabwogo avait échappé à la médaille d’or aux Jeux Olympiques de Mexico où il s’est contenté du bronze; et lors des prochains Jeux olympiques de 1972, qui se tiendraient à Munich en Allemagne, Rwabwogo serait à nouveau en deçà de la grande victoire après avoir été battu en finale. Rwabwogo, pourtant célèbre, reste le seul double médaillé olympique de l’Ouganda et le seul ougandais à avoir remporté des médailles aux Jeux olympiques et aux Jeux du Commonwealth.

Eridadi Mukwanga, le prétendant poids ougandais aux Jeux olympiques de 1968 à Mexico, a scellé l’histoire en devenant le premier médaillé olympique d’argent du pays. Lors de ces Jeux du Commonwealth à Édimbourg, Rwabwogo en était au dernier combat de la division poids nanteux devant combattre le Canadien Joe Cooke. Mukwanga n'a pas été à la hauteur de sa renommée et de ses attentes, mais a été vaincu par le Canadien Joe Cooke le 18 juillet. Cooke sera par la suite éliminé de la course à la médaille après avoir été vaincu par Stewart Ogilvie, d’Ecosse, après que l’arbitre ait arrêté le combat au premier tour.

Dans la division poids plume, Deogratias Musoke, de l'Ouganda, s'est blessé aux plumes. Lors des préliminaires, le 18 juillet, Musoke a été opposé au non-annoncé G. Marisa de Tanzanie. Le combat est allé en faveur de Musoke après que l'arbitre eut mis fin au combat au second tour. Le 21 juillet, en quarts de finale, Musoke s'est qualifié pour les demi-finales après avoir battu Eddie Pritchard, du Pays de Galles, aux points. Pour les demi-finales, il était prévu de rencontrer le pakistanais Abdul Samad Mir. La lutte ne s'est pas concrétisée car Samad Mir était incapable de se battre. C'est devenu un jeu d'enfant en faveur de Musoke. La consolation pour le Pakistan était que la médaille de bronze de Mir était la seule pour la nation à cette occasion des Jeux du Commonwealth. Samad Mir reste l’un des boxeurs pakistanais les plus célèbres. Dans les années 1970, il fut déclaré "meilleur boxeur de l'Asie". Il a rejoint l'armée et a pris sa retraite en tant que lieutenant-colonel. Il a également entraîné la boxe militaire pakistanaise ainsi que les équipes nationales. Samad Amir est décédé en mai 2009.

En finale, Musoke affronterait le légendaire champion de boxe du Kenya, Philip Waruinge, dont les éloges en matière de boxe incluent de multiples médailles aux Jeux du Commonwealth et aux Jeux Olympiques. Deogratias Musoke, battu aux points lors de la finale le 24 juillet, a reçu la médaille d'argent aux poids plume.

Le match préliminaire de poids léger du 18 juillet entre l'adolescent ougandais Joseph Nsubuga et l'olympien Kenneth Mwansa de Zambie s'est soldé par un adieu de bonne heure pour Nsubuga qui a été battu par des points.

Mohamed Muruli, l'un des maîtres boxeurs ougandais, avait été classé cinquième aux Jeux olympiques de 1968 à Mexico. Cette fois, Muruli représenterait l’Ouganda comme un poids welter léger. Il y avait douze concurrents dans cette division et Muruli a eu la chance d'être entraîné en quarts de finale et a donc renoncé aux combats lors des préliminaires du 17 juillet. En quarts de finale, le 20 juillet, Muruli a dominé Reginald Forde, de Guyana. Forde reste l'un des boxeurs guyanais les plus célèbres. Le 14 septembre 1978, Reggie Forde était un combattant professionnel assommé au cinquième round par le célèbre boxeur ougandais Ayub Kalule, en quête du titre du Commonwealth de l'Empire britannique.

Le 22 juillet, en demi-finale, le puissant Muruli a battu la future olympienne Odartey Lawson du Ghana lorsque l'arbitre a mis fin au combat au premier tour. Muruli a ensuite remporté la médaille d’or pour l’Ouganda après avoir dominé Dave Davis, du Pays de Galles, le 24 juillet.

La division poids welter a vu l'Olympien ougandais Andrew Kajjo éliminer Hugo Chansa de Zambie par points le 17 juillet 1970. L'année suivante, Chansa deviendrait professionnelle et en avril 1974, il mourrait des suites d'une blessure au cerveau peu après avoir été assommé par l'Ecossais Don McMillan dans un combat de poids moyens. . Le 20 juin, Emma Ankudey, du Ghana, entraverait la quête d'une médaille de Kajjo en le battant par points en quarts de finale. Ankudey finirait par remporter la médaille d’or et représenterait également le Ghana aux Jeux olympiques de 1972 à Montréal.

Le champion de boxe biracial ougandais de poids moyen David Jackson a été entraîné à commencer à se battre en quart de finale et non à se battre entre les huit concurrents lors des préliminaires. Adolescent, Jackson a été classé cinquième parmi les concurrents de poids moyen aux Jeux olympiques de 1968 à Mexico. Cette fois à Edimbourg, Jackson n’a pas fait grand-chose, car le 20 juillet, l’arbitre a mis fin au combat au premier tour en faveur de Tom Imrie, d’Ecosse. Imrie avait remporté la médaille d'argent du Commonwealth au précédent lieu de Kingston en Jamaïque et il reste un boxeur écossais célèbre. Imrie serait l'éventuel vainqueur de la médaille d'or cette fois à Edimbourg et passerait ensuite au combat professionnel. Son dossier de pugiliste professionnel était médiocre. David Jackson se battrait à nouveau pour l’Ouganda aux prochains Jeux olympiques (1972) à Montréal et se classerait au 9e rang de la catégorie poids mi-moyens.

L'adolescent John Opio s'est qualifié pour les quarts de finale, après avoir battu le futur boxeur professionnel Billy May de Wales, par points le 20 juillet lors des rondes préliminaires de la division poids moyens. Mais en quarts de finale, face à Samuel Kasongo, de Zambie, Opio a été éliminé après que l'arbitre eut stoppé le combat au troisième tour. Opio représenterait l’Ouganda aux prochains Jeux olympiques de Munich.

Les préliminaires de la division des poids lourds légers comprenaient la disqualification au deuxième tour du médaillé de bronze du Commonwealth et double olympien George Mathias Ouma, qui était opposé à l'Anglais Johnny Banham le 18 juillet.

Parce qu'il n'y avait que sept concurrents dans la division des poids lourds, et six ont été placés en quarts de finale. Ce sont les Ougandais Benson Masanda, parmi les sept boxeurs, qui ont décroché le gros lot en se plaçant automatiquement au niveau suivant – les demi-finales! Les quarts de finale ont eu lieu le 20 juillet. En demi-finale le 22 juillet, Masanda a vaincu le Canadien Jack Meda par disqualification à la deuxième ronde. En finale, le 24 juillet, Masanda a remporté la médaille d'or en battant John McKinty, d'Irlande, aux points. Comparé à tous les participants à la boxe en Ouganda, Masanda avait remporté la médaille d’or de manière assez simple et non conventionnelle. Ce serait la deuxième médaille d'or des Jeux du Commonwealth en Ouganda, après celle de George Oywello en 1962 à Perth en Australie.

Avec l'aimable autorisation du décompte final des médailles d'or remportées par James Odwori, Mohamed Muruli et Benson Masanda; et les médailles d'argent remportées par Leo Rwabwogo et Deogratias Musoke Uganda étaient devenues de manière convaincante des championnats de boxe du Commonwealth des Nations. C’était la première victoire internationale collective de l’Ouganda, et le pays se réjouissait de voir encore plus de triomphes au niveau international. Les autres médailles ougandaises n'étaient que deux: la médaille d'argent remportée par William "Bill" Koskei au 400 m haies et la médaille de bronze remportée par Judith Ayaa au 400 m sprint. Les trois médailles d'or, trois d'argent et une de bronze placent l'Ouganda au neuvième rang de ce tournoi du Commonwealth avec 7 médailles. Comment les boxeurs ougandais se débrouilleraient-ils lors de la prochaine réunion du Commonwealth qui serait Christchurch en Nouvelle-Zélande en 1974? Il y avait eu un coup militaire en Ouganda, le commandant Idi Amin est devenu président, le régime est devenu notoire pour les meurtres et les disparitions de nationaux et même d'étrangers. Des inquiétudes se profilaient quant à savoir si des facteurs sociaux et politiques défavorables se traduiraient par des performances décevantes dans le domaine du sport. Et oui, de nombreux aspects du sport se sont détériorés sous le régime d'Idi Amin et le bassin d'athlètes potentiels et actuels a été réduit. Mais comment se comporterait l'Ouganda à Christchurch, deux ans après le début du régime d'Idi Amin?

Christchurch, Nouvelle Zélande 1974

Christchurch a accueilli les Jeux du Commonwealth des Nations du 24 janvier au 2 février 1974. La division poids mouche de boxe a vu le retour du médaillé d'or ougandais James Odwori. En quarts de finale, le 28 janvier, Odwori a éliminé l'Olympien de Tanzanie Bakari Selemani (Seleman) au deuxième tour. Les demi-finales, qui se sont déroulées le 31 janvier, ont été l'occasion pour Odwori de battre le Singapourien Syed Abdul Kadir par des points. Kadir reste l'un des combattants les plus renommés de Singapour et a été nommé "Sportif de l'année" après sa médaille de bronze aux Jeux du Commonwealth.

Les finales de la division poids mouche légers ont eu lieu le 1er février. Cette fois, Odwori serait opposé au Kenyan Stephen Muchoki, qui reste l’un des boxeurs les plus célèbres du Kenya. Le relativement court Muchoki a dominé le champion Odwori, laissant Odwori se contenter de l'argent. Muchoki défendra avec succès sa médaille d'or du Commonwealth à Edmonton, au Canada, en 1978. Son illustre carrière comprend également la médaille d'argent remportée aux Championnats du monde amateur à La Havane en 1974, puis la médaille d'or du tournoi organisé par Belgrade à Yougoslavie en 1978. Muchoki passera ensuite dans les rangs professionnels et deviendra même le champion de l’Africa Boxing Union. Mais il échoua dans sa quête du titre européen et du titre de la World Boxing Association, et se retira de la boxe à la fin des années 1980.

En quarts de finale de la division des poids mouches, le 29 janvier, l’Ougandais John Byaruhanga a éliminé John Lawless, d’Ecosse, au deuxième tour. En demi-finale, le 31 janvier, Byaruhanga a été battu aux points par l'olympienne Chandra Narayanan, de l'Inde. Byaruhanga s'est donc contenté de la médaille de bronze.

Le demi-poids ougandais Ali Rojo a été sélectionné en quart de finale pour affronter l'Olympien Habibu (Habib) Kinyogoli de Tanzanie le 28 janvier. Rojo a gagné par points et est passé en demi-finale. Kinyogoli reste l'un des boxeurs les plus renommés de la Tanzanie et il est entraîneur de boxe.

La demi-finale des poids coq du 31 janvier était en faveur de Rojo, par points, laissant le Kenyan Isaac Kuria Maina rentrer à la maison avec le bronze. En finale, le 1er février, Patrick "Pat" Cowdell, d'Angleterre, a tué Ali Rojo dans sa quête de la médaille d'or en l'emportant par points. Rojo avait remporté la deuxième médaille de boxe pour l'Ouganda. Célèbre boxeur britannique, Cowdell construirait une carrière de boxe impressionnante au cours de laquelle il deviendrait un champion de l'Union européenne. Mais il n'a pas réussi à gagner dans son combat pour un titre mondial.

Le concurrent poids plume de l'Ouganda était Shadrack (Shadrah? Shadrach?) Odhiambo. Le 29 janvier, en quarts de finale, le jeune futur olympien et ancien combattant Odhiambo a dominé le Britannique Colin Flinn. Odhiambo sera plus tard un poids plume pour la Suède et remportera une médaille de bronze aux Championnats du monde amateurs en 1982 à Munich. Odhiambo s'est également battu pour la Suède aux Jeux olympiques de 1980 (Moscou) et de 1984 (Los Angeles). Il n'a remporté aucune médaille olympique.

En demi-finale des jeux du Commonwealth à Christchurch, Odhiambo a battu le Canadien Dale Anderson par des points, le 31 janvier. Cependant, lors de la finale, le 1er février, le champion du Nigéria Eddie Ndukwu, champion des Jeux du Commonwealth, a remporté la médaille d'or grâce à une décision en points. Odhiambo avait remporté la troisième médaille d'argent en boxe en Ouganda! Ndukwu allait bientôt devenir professionnel et même régner en tant que champion poids plume de l'Empire britannique (Commonwealth). Ndukwu reste parmi les noms les plus redoutables parmi les boxeurs nigérians.

Le 27 janvier, lors des préliminaires, Ayub Kalule, un garçon léger âgé de 20 ans, très prometteur et très prometteur, est monté sur le ring pour affronter le Tanzanien William Lyimo, qui avait le même âge que Kalule. Kalule a gagné aux points. En 1980, Lyimo, âgé de 27 ans, se battrait aux Jeux olympiques de Moscou. Il a loué le second tour, mais a été éliminé en quarts de finale par le Britannique Anthony Willis, âgé de 20 ans, au troisième tour. Il se contenterait donc de la 5ème position dans la division poids mi-moyen. De nombreux pays africains ont boycotté le site olympique de Moscou. Heaney est devenu plus tard un boxeur professionnel, mais il allait bientôt prendre sa retraite sans un record de boxe acclamé.

En quarts de finale de la bataille de boxe des Jeux du Commonwealth à Christchurch, le 28 janvier 1974, Ayub Kalule se montre parfaitement défait et défiguré d'une manière sanglante sur le visage, ainsi que de l'héroïne irlandaise "Sugar" Ray Heaney. Le combat se déroule sur You-Tube et Heaney s'est vu attribuer deux comptes obligatoires compte tenu de la formidable punition infligée par Kalule, un coup dur et rapide.

En demi-finale, Kalule devait affronter Robert Charles Colley, un adolescent néo-zélandais. Le résultat a impliqué Colley d'être souligné et de se contenter de la médaille de bronze.

En quart de finale, Kalule a affronté le Néo-Zélandais de 19 ans, Robert Charles Colley. Colley serait surclassé (et se contenterait du bronze), permettant à Kalule de passer à la phase finale. Après avoir été éliminé par le Russe Valery Limasov au premier tour des Jeux olympiques de 1976 à Montréal (Canada), Colley deviendrait professionnel. Bien que le parcours professionnel de Colley soit impressionnant, il est médiocre dans la mesure où ses combats se limitent à la Nouvelle-Zélande et à l'Australie. Colley se retire assez tôt … en 1980. Lors de la finale de ces Jeux du Commonwealth, Kalule devancerait Kayin Amah du Nigéria. et donc gagner l'or. Kayin Amah, qui avait perdu dans les éliminatoires face au légendaire Philip Waruinge du Kenya lors des Jeux précédents du Commonwealth (1970), serait cette fois plus heureux de remporter une médaille d'argent.

La rencontre amateur la plus prestigieuse d’Ayub Kalule serait peut-être les premiers Championnats du monde de boxe amateur qui se sont tenus à La Havane à Cuba du 17 au 30 août. Ici, Kalule, un poids welter léger, a vaincu le Bulgare Vladmir Kolev pour remporter la médaille d’or. En novembre de la même année, Kalule, toujours poids mi-moyen, a remporté une autre médaille d'or pour l'Ouganda. C'était lors des championnats africains de boxe amateur qui se sont tenus à Kampala, sur le sol de Kalule. L'année suivante, Kalule devint professionnel au Danemark et gravit rapidement les échelons. Il pourrait devenir le premier champion du monde de boxe professionnel ougandais (poids moyen junior WBA). Il s'est notamment distingué en tant que champion de l'Union européenne de boxe et aux prises avec des boxeurs de renom tels que "Sugar" Ray Leonard, Sumbu Kalambay, Mike McCallum, Lindell Holmes et Herol Graham. Kalule s'est battu dans ce que beaucoup considèrent comme l'âge d'or des champions junior des poids moyens. Kalule est toujours le boxeur le plus célèbre d'Ouganda. En mars 2011, Kalule a été embauché pour entraîner les meilleurs boxeurs danois juniors.

Joseph Nsubuga avait été éliminé aux points par Kenneth Mwansa de Zambie dès le début des préliminaires lors du précédent site des Jeux du Commonwealth à Edimbourg. Là, Nsubuga avait représenté l’Ouganda en tant que poids léger. Nsubuga, encore adolescent, était de retour aux Jeux du Commonwealth pour se battre en tant que poids welter léger. Cette fois, le premier tour préliminaire du 27 janvier a vu Nsubuga submerger rapidement son adversaire. Le combat ne va pas loin. L'arbitre a mis fin au combat au premier tour, anéantissant les espoirs de Philip Sapak, de Papouasie-Nouvelle-Guinée. Cependant, deux jours plus tard, en quarts de finale, James Douglas, d'Écosse, a battu Nsubuga par des points et a ainsi mis un terme à sa quête d'une médaille.

Quelques mois plus tard, en août, Nsubuga remporterait une médaille de bronze pour l’Ouganda aux premiers Championnats du monde de boxe amateur à La Havane. Nsubuga était passé dans la division des poids moyens. Tout à fait un boxeur habile, Nsubuga deviendrait professionnel et déménagerait en Norvège, et il se battrait principalement en Europe. Nsubuga a cessé de compétitionner en 1981 après avoir été assommé par le célèbre futur champion du monde Davey Moore. Le combat professionnel le plus remarquable de Nsubuga est peut-être sa vive bataille de gladiateurs (combat sans titre) avec le légendaire panaméen Roberto Duran. Bien que Duran ait semblé fatigant, Joseph "Stoneface" Nsubuga a été éliminé à la fin du quatrième round. Ce combat est disponible sur You-Tube.

Le poids welter Mohamed Muruli avait remporté une médaille d'or en Ouganda à Edimbourg, le stade précédent des Jeux du Commonwealth des Nations. Là en 1970, Muruli avait boxé comme un poids léger. Ici à Christchurch, Muruli représentait l’Ouganda en tant que poids welter. Lors de la ronde préliminaire, le 26 janvier dernier, Caleb Okech, du Kenya, avait dominé Muruli. Le 29 janvier, au cours des quarts de finale, Muruli a battu la future olympienne Carmen Rinke, du Canada, aux points. Les demi-finales impliquaient Muruli, battant Steven Cooney, d’Ecosse, par points, le 31 janvier. Le 1er février, Muruli est devenu le premier Ougandais à remporter deux médailles d'or aux Jeux du Commonwealth en se démarquant de la finale par Welsh Errol McKenzie. McKenzie deviendrait professionnel en 1975, mais il se retira après un record de boxe peu impressionnant. Muruli est l'un des boxeurs les plus remarquables d'Ouganda et il a représenté à deux reprises l'Ouganda aux Jeux olympiques.

Le poids moyen léger ougandais, John Langol, a été sauvé par l'arbitre qui a arrêté le match préliminaire du 27 janvier 1974 contre le Néo-Zélandais Lance Revill. Le combat a été arrêté au deuxième tour. En 1981, Langol a déménagé à Birmingham en Angleterre pour se battre professionnellement. Son mandat professionnel ne durerait que quatre ans et impliquerait un record peu impressionnant de 6 victoires et 8 défaites. Revill se battrait professionnellement en Australie et en Nouvelle-Zélande, mais son record de boxe serait moyen.

Le 29 janvier 1974, Mustapha Wasajja, championne des poids moyens en Ouganda, a été éliminé au premier tour par le Néo-Zélandais Les Rackley. Aux premiers championnats du monde de boxe, tenus en août 1974 à La Havane, Wasajja a été éliminé par points en quarts de finale. En novembre, Wasajja deviendrait champion amateur d'Afrique lors du tournoi régional organisé à Kampala. Lors d’un tournoi préolympique international tenu à Montréal à la fin du mois de novembre 1975, Wasajja remporta la seule médaille d’or de l’Ouganda sur le site. Wasajja est connu pour être devenu le premier concurrent des poids lourds légers WBA après son passage professionnel. Il a perdu le combat obligatoire contre Michael Spinks en février 1982. Wasajja a principalement combattu en Europe et son record de boxe est assez impressionnant. Après Spinks, Wasajja a perdu ses deux combats suivants et a ensuite pris sa retraite de la boxe. Wasajja est l'un des plus grands boxeurs ougandais.

Comme lors des Jeux précédents du Commonwealth, le champion en titre des poids lourds Benson Masanda, d’Ouganda, a été directement placé en quart de finale car il n’y avait pas beaucoup de prétendants dans la catégorie. Le 28 janvier, Masanda a souligné la Néo-Zélandaise Fisi Brown. En demi-finale, l'arbitre a mis fin au combat en faveur du légendaire nigérian Fatai Ayinla, un olympien qui avait remporté la médaille d'or des poids lourds légers aux précédents Jeux du Commonwealth. Masanda a donc été obligé de se retirer pour la médaille de bronze. À son tour, l'arbitre arrêterait le combat en faveur de Neville Meade, en finale. Les distinctions de Fatai Ayinla-Adekunle incluent la médaille d'or des poids lourds aux Jeux panafricains de 1973 à Lagos et une médaille de bronze aux championnats du monde de boxe amateur de 1974 à La Havane. Il a boxé pour le Nigeria pendant de nombreuses années.

Les autres médailles de l'Ouganda ont été remportées sur la piste. La médaille d'or olympique du Kenya, Charles Asati (46,04), a été battue de peu par la médaillée d'or olympique du Kenya, l'argent Ayoo (46.07), qui a remporté la médaille d'argent au 400 mètres. L’équipe ougandaise de relais 4 x 400 m a remporté la médaille de bronze derrière le Kenya (or) et l’Angleterre. Les concurrents du relais étaient William Santino Dralu, Pius Olowo, Silver Ayoo et John Kakonge.

Le décompte final

Aux Jeux du Commonwealth de 1970, tenus à Edimbourg, les trois médailles d'or en boxe en Ouganda ont été remportées par le poids mouche léger James Odwori, le poids mi-moyen léger Mohamed Muruli et le poids lourd Benson Masanda; et les deux médailles d'argent ont été remportées par le poids mouche Leo Rwabwogo et le poids plume Deogratias Musoke. L’Ouganda n’a remporté aucune médaille de bronze ici.

En 1974 à Christchurch, les deux médailles d’or ont été remportées par le poids léger Ayub Kalule et le poids welter léger Mohamed Muruli; les trois médailles d'argent ont été remportées par le poids mouche léger James Odwori, le poids coq Ali, et le poids plume Shadrach Odhiambo; et les deux médailles de bronze ont été remportées par le poids mouche John Byaruhanga et le poids lourd Benson Masanda.

Ainsi, alors que l’Ouganda remportait un peu plus de médailles en boxe en 1974, les médailles de 1970 portaient subtilement "plus de poids". Pendant ces huit années, l’Ouganda a eu le meilleur boxeur amateur parmi les nations du Commonwealth britannique. De plus, sur chacun des sites des Jeux du Commonwealth, les athlètes d'athlétisme ougandais ont terminé deuxième et troisième (William Koskei – 400 mètres de haies et Judith Ayaa – 400 m, respectivement en 1970, et Silver Ayoo – 400 m et Silver Ayoo, William Santino Dralu , Pius Olowo et John Kakonge – le relais 4 x 400 m, respectivement en 1974). En 1970, l’Ouganda a terminé 12e au total en athlétisme; L'Australie, l'Angleterre et l'Ecosse étaient les trois premiers pays. De même, en 1974, l’Ouganda a terminé 12e au total en athlétisme; mais l'Angleterre, l'Australie et le Kenya étaient les trois premiers pays. Les performances globales de l’Ouganda sur chacun des sites des Jeux du Commonwealth étaient donc remarquablement similaires. L’Ouganda n’a jamais obtenu de meilleurs résultats que ceux des Jeux du Commonwealth, et ce, depuis les années 1970.



Source by Jonathan Musere

What do you think?

0 points
Upvote Downvote

Written by Congo-buzz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ayub Kalule – Le plus grand et le plus décoré des champions de boxe d'Ouganda

La grande truite brune ne succombe pas aux leurres traditionnels