in

Félix Tshisekedi est qualifié de « président potiche » et certains s’en offusquent. ( Patrick Mbeko )


Un «président potiche »
=====================

Félix Tshisekedi est qualifié de « président potiche » et certains s’en offusquent. Je me demande bien pourquoi. Les gens vous traiteront toujours en fonction de ce que vous projetez de vous-même. Si vous faites le con, on vous traitera comme un con; si vous vous respectez, on vous respectera. Félix projette l’image d’un président faible, sans vision ni réel pouvoir. Normal qu’on ne le prenne pas au sérieux et qu’on le traite de tous les noms d’oiseaux. Normal aussi qu’il fasse l’objet de nombreuses critiques et soit l’objet de railleries. Un ami me confiait hier que lors d’une conférence à l’IFRI (Institut français des relations internationales), grand think tank français, un diplomate zimbabwéen a parlé de lui en des termes peu flatteurs, le qualifiant de « marionnette ».

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que j’entende ce genre d’histoire. J’ai moi-même entendu des diplomates et des journalistes étrangers tenir des propos moqueurs à l’endroit de Félix Tshisekedi. Comment s’en étonner avec tout ce qu’il nous offre comme « spectacle » ?!

En effet et comme la plupart des Congolais le savent, la RD Congo a un président qui n’a pratiquement pas fait des études et a falsifié son diplôme universitaire. La présidence de la République est devenue un repère de parvenus, de vagabonds et de voyous. Des « fayman » et des « chékouleurs » ramassés en Belgique, des va-nu-pieds et des parvenus repêchés en Amérique du nord, etc. peuplent le palais de la nation. Avec ça, comment peut-on prendre ce pouvoir au sérieux ?

Que Félix Tshisekedi n’ait pas terminé ses études ne me dérange pas vraiment, en autant qu’il s’entoure de bonnes personnes. Mais avec tous ces gens à la moralité plus que douteuse qui gravitent autour de lui, il y a de quoi s’inquiéter. Joseph Kabila qu’on a souvent critiqué ne s’est jamais entouré de ce genre d’individus. Bref, Félix sera respecté le jour où il se respectera et apprendra à respecter la fonction qui est la sienne, quand bien même elle est vidée de toute sa substance. Présidence eza Limété te quand même…

En passant, ce n’est pas RFI qui l’a traité de « président potiche », mais bien un journal burkinabé qui a écrit : «Avec une telle répartition (des postes gouvernementaux), on n’a vraiment plus besoin de se demander qui est le véritable chef de cet immense pays, car quand on tient l’armée, les cordons de la bourse et les pierres précieuses, on peut se permettre de dicter sa loi à un président potiche qui pédale dans la choucroute en se donnant l’illusion d’être le patron. Le fils du “Sphinx de Limete”a beau prévenir qu’il aura un droit de regard sur les personnalités qui occuperont ces postes-clés, on ne voit pas trop comment il pourrait empêcher “Petit Kabila” d’imposer les hommes qu’il veut. »

Une analyse d’une précision chirurgicale. En clair, Félix Tshisekedi se retrouve dans la même configuration dans laquelle Laurent-Désiré Kabila s’est retrouvé en 1997… avec les Rwandais. À la seule différence que LD Kabila contrôlait les leviers du pouvoir, alors que Félix ne contrôle pas grand-chose dans les faits, dépendant entièrement des humeurs de son prédécesseur et des services de sécurité contrôlés par celui-ci.

Manque de chance ou «poticherie» avérée, le constat se fait chaque jour plus accablant. La seule manière pour Félix de se tirer d’affaire, c’est de rompre le “deal”, comme l’a fait LD Kabila en son temps avec les Rwandais. En a-t-il les moyens et surtout la volonté ? La question reste posée…





Source d’article

What do you think?

0 points
Upvote Downvote

Written by Congo-buzz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Réflexion sur le cas Félix Tshisekedi et la notion de patience ( Patrick Mbeko )

JEAN FLORENT IBENGE  REND SON TABLIER!