in

Ayub Kalule – Le plus grand et le plus décoré des champions de boxe d'Ouganda

Ayub (Ayubu) Kalule est née le 6 janvier 1954 dans la région du Buganda en Ouganda. Il est né à Juma Balinnya (un ancien boxeur) de Kibuye. Kalule a commencé à étudier à l'école primaire de Kibuli, où il a commencé à boxer tôt, alors qu'il n'était qu'en cinquième année. Balinnya a encouragé ses jeunes à devenir boxeurs, bien que Kalule ne l'ait jamais vu boxer. Kalule a commencé la boxe à l'échelle nationale en 1971, par le biais du club réputé Kampala City Bombers et de son lycée Modern Senior Secondary School. En termes de longueur du classement mondial professionnel, ainsi que de compétence et de performance, Ayub Kalule a été le meilleur boxeur de l’Ouganda. Kalule sera également, pendant longtemps, l'un des champions du monde les plus vénérés et les plus discutés.

Fait intéressant, Ayub Kalule, en 1972, combattant comme un poids welter léger, est devenu le champion africain des moins de 19 ans. En 1973, Kalule, en demi-finale de la division des poids légers, s'est incliné pour le bronze aux Jeux panafricains à Lagos. Par la suite, Ayub Kalule avait récemment 20 ans lorsqu'il représentait l'Ouganda à son premier grand test international … les Jeux du Commonwealth tenus à Christchurch en Nouvelle-Zélande au cours des deux dernières semaines de janvier 1974. Tout au long de sa carrière, Kalule fut réputé sa droiture unique, en ce sens qu'il affronterait ses adversaires comme s'il était un gaucher, ou dans ce que certains auteurs de boxe appellent une "position carrée". C'était probablement un avantage dans son ascension pour devenir champion du monde, dans la mesure où il se comportait comme un boxeur ambidextre qui confondait et bombardait continuellement ses adversaires avec l'une ou l'autre main. En raison de son corps fort, solide et musclé, Kalule, un homme d'endurance, était considéré comme un homme de fer. Ses adversaires seraient fatigués d'essayer de le frapper et de faire pression sur ses bras et sa vitesse sans relâche.

Ayub Kalule a boxé comme poids léger aux Jeux du Commonwealth et a commencé dans les préliminaires en surlignant William Lyimo, 20 ans, de la Tanzanie. Six ans plus tard, alors que Kalule était devenu champion de WBA en poids moyen, Lyimo se battrait pour la Tanzanie aux Jeux olympiques de Moscou. Lyimo, âgé de 27 ans, passerait au deuxième tour, mais en quarts de finale, il serait éliminé au troisième tour par Anthony Willis, 20 ans, de Grande-Bretagne, et se contenterait ainsi de la 5e place de la division poids mi-moyen.

Lors des quarts de finale des Jeux du Commonwealth de 1974, Kalule a battu et défiguré dans le sang le visage de "Sugar" irlandais, âgé de 22 ans, Ray Heaney, qui participait au combat à deux reprises, en raison de lourdes punitions infligées par le coup de poing rapide et dur. Ayub Kalule. Heaney deviendrait plus tard un professionnel, mais prendrait rapidement sa retraite avec un record de boxe non distingué. En quart de finale, Kalule a affronté le Néo-Zélandais de 19 ans, Robert Charles Colley. Colley serait surclassé (et se contenterait du bronze), permettant à Kalule de passer à la phase finale. Après avoir été éliminé par le Russe Valery Limasov au premier tour des Jeux olympiques de 1976 à Montréal (Canada), Colley deviendrait professionnel. Bien que le parcours professionnel de Colley soit impressionnant, il est médiocre dans la mesure où ses combats se limitent à la Nouvelle-Zélande et à l’Australie. Colley se retire assez tôt … en 1980. Lors de la finale de ces Jeux du Commonwealth, Kalule devancerait Kayin Amah, du Nigéria, et gagner l'or. Kayin Amah, qui avait perdu dans les éliminatoires face au légendaire Philip Waruinge du Kenya lors des Jeux précédents du Commonwealth (1970), serait cette fois plus heureux de remporter une médaille d'argent.

La rencontre amateur la plus prestigieuse d’Ayub Kalule serait peut-être les Championnats du monde de boxe amateur qui se sont déroulés à La Havane, à Cuba, du 17 au 30 août 1974. Kalule a joué pour l’Ouganda en tant que poids mi-léger. Le premier combat de Kalule était encourageant, dans la mesure où il éliminait le Portoricain Amador Rosario par points. Par la suite, Kalule a également souligné le Finlandais Marti Kalevi Marjamaa. Tall 5'11 "Marjamaa a représenté consécutivement la Finlande aux prochains Jeux olympiques, mais a été éliminé au début des préliminaires aux Jeux olympiques de Montréal (1976) et de Moscou (1980). Aux quarts de finale des Championnats du monde, Ayub Kalule a battu Mark Harris, du Guyana, a marqué des points. Il devait boxer pour la Guyana lors des prochains Jeux olympiques de Montréal, mais la Guyana est devenue l'un des nombreux pays qui ont boycotté les Jeux. Par la suite, Harris est devenu professionnel, mais son bilan était médiocre, notamment en se faisant assommer. lors de sa tentative de titre dans le poids du Commonwealth (britannique). Harris fut éliminé par le Britannique Colin Jones.Il quitta la boxe professionnelle vers la fin de 1982.

En demi-finale des Championnats du Monde, Ayub Kalule était opposée à Ulrich Beyer de la République Démocratique Allemande (Allemagne de l'Est). Kalule a surclassé l'Allemand et a gagné par points. Notamment, lors des précédents Jeux olympiques (Munich, 1972), Beyer avait été éliminé au premier tour par Sugar Ray Seales (éventuelle et seule médaillée d’or nationale lors de ces Jeux). Plus tard en 1978, en tant que professionnels, Ayub Kalule battrait Sugar Ray Seales dans une décision sur 10 rounds. Toutefois, Sugar Ray Leonard, des États-Unis, éliminerait Ulrich Beyer lors du mémorable combat des Jeux olympiques de 1976 à Montréal au Canada. En finale de ces championnats du monde de boxe amateur, Ayub Kalule a battu le Bulgare Vladimir Kolev (médaillé d'argent) par un score net de 5-0. L’Ouganda n’était pas représenté aux prochains Jeux olympiques de Montréal, mais Vladimir Kolev a remporté une médaille de bronze.

La prochaine sortie majeure d'Ayub Kalule a eu lieu aux championnats d'Afrique de boxe qui se sont déroulés sur son territoire, à Kampala, en Ouganda, en novembre 1974. Kalule, récemment champion des Jeux du Commonwealth et champion du monde des boxeurs amateurs, devait gagner. Kalule n'a pas déçu, remportant la médaille d'or en finale contre le Kenyan Philip Mathenge, dans la division poids mi-moyens, aux points. Auparavant, lors des Jeux du Commonwealth tenus fin janvier 1974, Mathenge avait mérité une médaille de bronze dans la division poids mi-moyens, tombant sur Anthony Martey, du Ghana, aux points. Martey serait vaincue par la légendaire Obisia Nwakpa, du Nigéria, en finale, par points. Nwakpa est maintenant un entraîneur national de boxe du Nigéria.

Ayub Kalule a émigré au Danemark en 1975, dans le cadre de Morgas Parley Promotions. Kalule s'est distingué en s'imposant face à l'Anglais Delroy Parkes pour le titre de la Coupe d'Europe dans la division poids mi-moyens.

Ayub Kalule a grimpé assez rapidement dans les rangs mondiaux, malgré le fait qu'il soit basé au Danemark plutôt que situé parmi les États-Unis les plus lucratifs du championnat. Bien que Kalule devienne professionnel en 1976, il devint en 1977 le principal candidat à la couronne WBA pour les poids légers. Peter Heller dans son livre "Bad Intentions: The Mike Tyson Story" (1995: 142) écrit qu'Ayub Kalule, déjà le meilleur prétendant moyen des poids moyens juniors pour le titre WBA, a été refusé de 1977 à 1979 à une tentative de remporter le titre. Bien qu'un champion soit tenu de défendre son titre au moins une fois tous les six mois, la WBA a pratiquement tout mis en œuvre pour empêcher Kalule de se battre contre le champion Eddie Garzo, un médiocre combattant d'Amérique latine. La WBA ne voulait pas que Garzo prenne le risque de perdre le titre face à Kalule. Ce n'est que longtemps après que Garzo a perdu le titre sur le Japonais Masashi Kudo, et après une pression considérable exercée sur la WBA, Kalule a eu la chance de remporter le titre. Kalule a facilement battu Kudo et est ainsi devenu le premier champion du monde de boxe professionnel en Ouganda. Mais pour sanctionner le combat, le président latino-américain de la WBA avait demandé aux promoteurs japonais de fournir à son équipe de responsables une longue liste de commodités au Japon (notamment des dîners de luxe et des chambres d'hôtel ainsi que sept billets aller-retour pour Tokyo). La WBA est depuis longtemps présidée par les latino-américains.

Le combat de Kalule contre Masashi Kudo a eu lieu au City Gymnasium d'Akita au Japon. Kalule a remporté le combat de 15 rounds à la décision unanime. Le combat a eu lieu le 24 octobre 1979. La victoire était plutôt déséquilibrée et les scores en faveur de Kalule se lisent comme suit: arbitre Robert Ferera 149-139, juge Harold Lederman 146-139, juge Tim Kelleher 149-145. À 28 ans et à 5'10 ", un Kudo relativement jeune et grand se retirait de la boxe après cette unique défaite, avec un record de 23 victoires, une défaite, avec 50% des combats remportés par KO. Auparavant, avec succès, il a défendu trois fois le titre WBA des poids moyens légers, au cours des 14 mois qui ont suivi sa victoire face à Eddie Gazo. De plus, Masashi Kudo avait occupé le titre des poids moyens japonais pendant plusieurs années, de sorte que sa renommée et sa seule défaite Les mains de Kalule ont fait que le nom d’Ayub Kalule a une réputation infinie dans les cercles asiatiques de la boxe. Le kudo n’est pas considéré comme un boxeur techniquement efficace. Kudo n’a pratiquement jamais jeté un crochet ou un uppercut, et il s’en remettait uniquement Et rétrospectivement, Kudo était à l'origine un lutteur et il s'est tourné vers la boxe après avoir échoué à se rendre à l'équipe de lutte japonaise aux Jeux olympiques de Munich en 1972. Peut-être que Kudo était dans la xing par défaut, mais ne s’y intéressait pas vraiment. Même dans les combats qu’il a remportés, la plupart ont été gagnés par quelques points. Le pouvoir de Kudo était rythmé par son énorme endurance et sa force, qui lui permettaient de se retirer sans avoir jamais été renversé.

La défense d'Ayub Kalule contre les médiums d'or afro-américains et superstar Ray Charles Leonard ("Sugar" Ray Leonard), champion du monde WBA, est le combat le plus acclamé au monde par Kalule. Invaincu, Kalule avait remporté ses 36 combats professionnels précédents. Le combat a eu lieu à l'Astrodome de Houston, au Texas, au milieu d'une foule nombreuse, le 25 juin 1981. Lors des premier et deuxième rounds du combat, Leonard était étonnamment l'attaquant de la solide Kalule. Leonard était certainement plus rapide et plus agile des deux, ce qui lui permettait de pénétrer dans Kalule alors que le champion travaillait à comprendre Leonard. Le jab compact de Leonard a travaillé de manière convaincante à travers les défenses de Kalule. Le troisième tour était différent. Il a été révélé par la suite qu'un crochet gauche à la tête de Kalule avait provoqué l'ecchymose du majeur de Leonard, un handicap devenu permanent. La blessure était lourde, mais Leonard courageux attaqua Kalule au quatrième round, l’éblouissant même plusieurs fois. Arrêter Kalule était la partie la plus difficile, car Leonard semblait se heurter à un mur de briques chaque fois qu'il tentait d'achever Kalule. L’échange acharné entre Ayub Kalule et "Sugar" Ray Leonard a montré à quel point Kalule était robuste et inflexible.

Au cinquième tour, Kalule a enregistré le contrôle, beaucoup avec sa main droite, et au septième tour, a enregistré un droit sur la tête de Leonard, ce qui a déséquilibré le challenger. Leonard a récupéré, mais la confiance de Kalule s'est épanouie. Kalule a fait preuve de plus de ténacité au huitième round, Leonard étant fatigué, Kalule prenant le dessus. La ronde 9 est intéressante. Les deux boxeurs semblaient épuisés mais déterminés, de sorte que l'échange sans interruption et sans attente qui s'était poursuivi dès le début du combat ne montrait aucun signe de ralentissement.

La formidable Kalule continuait d'absorber les coups plus rapides et plus précis de Leonard en échange des coups meurtriers et ambidextre et imprévisibles de Kalule. Mais Leonard a semblé comprendre qu'avec la formidable Kalule, la meilleure chose à faire serait de prendre le risque de lancer une série de combinaisons susceptibles de désactiver Kalule. Ray Leonard a apparemment senti que le puissant Kalule était également fatiguant et ralentissait. Vers la fin de la ronde, Leonard a déclenché une série de combinaisons difficiles qui semblaient confondre Kalule. Une main droite éclaira atterrir Kalule au sol, en position assise, ce qui indiquait qu'il n'avait pas été blessé indûment. Au compte de six, Kalule se leva et recula vers les cordes du coin neutre pour récupérer davantage. De façon surprenante, l'arbitre panaméen qui ne communiquait pas en anglais arrêta le combat. Kalule sembla abasourdi par l'arrêt, haussant les épaules et les bras en questionnant. Il y a des allégations de mauvaise communication entre Kalule et l'arbitre. Il est dit que l'arbitre n'était pas convaincu que Kalule était disposé ou capable de continuer, sur la base de gestes faciaux, mais pas sur un échange de mots entre l'arbitre et Kalule! L'équipe de Kalule a estimé que son champion avait été injustement dépossédé de son titre mondial. Une protestation officielle infructueuse a suivi. Mais encore une fois, Ray Leonard était considéré comme une petite version de Muhammad Ali, peut-être son successeur en termes de compétence, de rapidité et de singeries. C'était le territoire américain et les Américains voulaient gagner le célèbre et beau olympien d'or Ray Leonard. Ray Leonard a montré les singeries de Muhammad Ali et a été largement considéré comme l'héritier apparent de "The Greatest".

Ayub Kalule devait représenter l’Ouganda aux Jeux olympiques de Montréal en 1976, où "Sugar" Ray Leonard a remporté la médaille d’or, mais l’Ouganda est devenu l’un des nombreux pays qui ont boycotté les Jeux. La couverture "Sports Illustrated" du 6 juillet 1981 révèle Ray Leonard en train de poser un coup gauche au menton d’Ayub Kalule. Il s'est avéré qu'à l'arrêt du combat Kalule-Leonard, à 3 minutes et 6 secondes du 9ème round, le match avait été unanimement marqué en faveur de Leonard: 76-78 par l'arbitre panaméen Carlos Berrocal, 76-78 par le juge Harmodio Cedeno et 75-78 par le juge Ismael W. Fernandez. Par conséquent, même par rapport à la notation, les différences de scores étaient trop minimes pour que le combat soit arrêté facilement et prématurément. Mais accordons un crédit à Leonard. Il était le plus rapide et le plus flexible des deux combattants, il a obtenu plus de combinaisons et il avait gagné du poids pour combattre Kalule. Cette défaite a confirmé que Kalule avait régné pendant 20 mois en tant que champion WBA Junior des poids moyens.

Ayub Kalule contesterait sans succès la décision favorable à Leonard. Dans l'édition du 19 septembre 2009 du journal national ougandais "New Vision", Moses Mugalu parle d'une récente interview ("Face à face avec Kalule") avec un Kalule âgé de 55 ans. Kalule a commenté à propos de l’épreuve de frappe infligée par Ray Leonard: "J’ai été choqué lorsque l’arbitre a arrêté le combat parce que j’avais battu le compte avant que la cloche ne sonne. J’ai fait une pause dans mon coin et étais prêt à continuer le combat." Dans la majeure partie de l'entretien, Kalule déplore ses investissements commerciaux au Kenya (son voisin, l'Ouganda, son pays d'origine, n'était pas considéré comme relativement stable en termes d'investissements) à la suite de son départ à la retraite en 1986. Les investissements étaient désastreux et constituaient une escroquerie. Kalule avait investi avec son copain, ancien sparring partner, compatriote et ancien boxeur de haut niveau, Mustapha Wasajja, qui était un poids lourd. Dans l'interview, Kalule mentionne qu'il a des enfants au Danemark, au Kenya et dans son pays natal où il réside et entraîne maintenant des boxeurs. Il envisageait de revenir au Danemark pour des contrats promotionnels qu'il avait refusés au fil des ans. Kalule a également déploré la situation déplorable de la boxe en Ouganda qui, selon lui, implique corruption et corruption. Kalule a déclaré à propos de la boxe en Ouganda: "La vraie boxe a cessé avec notre génération, la génération actuelle de boxeurs a de mauvaises bases." A propos de la raison pour laquelle son visage est remarquablement lisse pour un boxeur, un visage qui ne porte pas la houle et des marques visibles sur de nombreux boxeurs de longue date, Kalule a déclaré à Moses Mugalu: "J'avais une longue portée. Je l'ai utilisé correctement pour garder mes adversaires à distance et je me suis bien gardé, c'est pourquoi mon visage est lisse. "

Trois mois seulement après sa bataille historique avec Ray Leonard, Kalule était de retour dans le ring. Le 9 octobre 1981 à Copenhague, Kalule a battu l'Espagnol Andoni Amana aux points. Amana avait notamment un record impressionnant de 42 victoires et seulement 2 défaites, a régné en tant que champion espagnol des poids moyens et n'a pas réussi à s'emparer du titre de l'Union européenne de boxe lors du combat précédent contre le Britannique Tony Sibson. C'était apparemment le début d'Amana face à des adversaires redoutables, et les pertes d'Amana continueraient à s'accumuler.

Un mois plus tard, Kalule a défié O'Dell Leonard des États-Unis à Randers au Danemark. Le record de Leonard était médiocre (16 victoires, 9 défaites, 1 match nul), le combat n'était prévu que pour huit rounds, Kalule gagné par des points. Ensuite, le 26 février 1982, Kalule serait opposé à Jacques Chinon, de France, basé en France, à la Martinique. Avec une fiche de 20 victoires, 20 défaites et 5 nuls, la fiche de Chinon n’est pas impressionnante. Mais il a réussi à combattre Kalule pendant les 10 rounds, victoire de Kalule par points, à Copenhague.

Le 30 avril 1982, Kalule a lancé un défi à l’Américain Oscar Albarado, qui a de nouveau eu lieu à Copenhague. Bien qu'apparemment en déclin, le vétéran Albarado a enregistré une fiche impressionnante de 58 victoires, 12 défaites et 1 match nul. "Shotgun" Albarado a même régné pendant six mois de juin 1974 à janvier 1975 en tant que champion du monde des poids moyens légers WBA et WBA. Il était dans la mi-trentaine et boxait professionnellement depuis les années 1960. Malheureusement, Albarado avait perdu ses deux précédents combats par KO. La victoire de Kalule sur Albarado au deuxième tour marquerait officiellement la fin de sa carrière professionnelle. Apparemment, Kalule était resté très actif, malgré sa défaite face à Ray Leonard. Lors de sa prochaine sortie professionnelle, Kalule tenterait une nouvelle fois de remporter le titre mondial des poids moyens légers de la WBA.

Ayub Kalule devait affronter le jeune Américain, USA, Davey "Bronx" Moore, à Atlantic City dans le New Jersey, le 17 juillet 1982 (10 victoires, aucune défaite). Moore avait remporté le titre WBA en février 1982, en arrachant du Japonais Tadashi Mihara par KO lors du combat qui a eu lieu à Tokyo. Au moment des huitièmes de finale (10ème round sur 15 programmées), les juges avaient chacun Kalule en fuite par quelques points. Davey Moore, 24 ans, a perdu le titre WBA face au légendaire panaméen Roberto Duran, par KO; après une défense de titre dans laquelle Moore avait assommé notre Gary Guiden. En 1986, en France, Moore a été assommé par l’Américain Buster Drayton qui défendait son titre de champion du monde chez les poids moyens légers IBF. Viennent ensuite cinq autres combats sans titre avec des boxeurs talentueux comme Edwin Rosario, Lupe Aquino et John David Jackson. Les résultats ont été mitigés. Le dernier combat officiel de Davey Moore a été avec Gary Coates, à New York. Moore a gagné par KO. le 30 avril 1988. Le 2 juin 1988, Moore aurait été tué dans son propre garage, alors qu'il sortait de sa voiture pour ouvrir la porte du garage. La voiture était en marche et elle était orientée en marche arrière au lieu d'être au point mort. La voiture a brusquement fait marche arrière et l'a appuyé contre la porte du garage, tuant Moore sur les lieux.

Prochaine Kalule affrontera le Jamaïcain Mike McCallum, champion invaincu et futur champion de la WBA, dans un combat important mais sans titre. Le 13 novembre 1982, toujours à Atlantic City dans le New Jersey, Kalule affronterait un habile McCallum que de nombreux boxeurs notables tels que "Sugar" Ray Leonard, Thomas Hearns et Roberto Duran avaient apparemment évité de se lancer des défis. Mais si la carrière amateur de McCallum n’est pas aussi spectaculaire que celle d’Ayub Kalule, elle s’est améliorée de mieux en mieux avec le temps. McCallum a représenté la Jamaïque aux premiers championnats du monde de boxe à La Havane en 1974. Il a boxé en tant que poids welter et il a été éliminé au début des rondes par les États-Unis, Clint Jackson. Ayub Kalule en tant que poids welter léger est devenue le premier Africain à remporter l'or dans ce tournoi.

Kalule remporterait également la médaille d'or des Jeux du Commonwealth britannique et la médaille d'or des championnats panafricains de boxe la même année de 1974. Mike (Michael) McKenzie McCallum remportera plus tard la médaille d'or aux Jeux du Commonwealth britanniques tenus à Edmonton, en Alberta. , au Canada en 1978, représentant la Jamaïque. Plus tôt en 1977, McCallum est devenu champion poids welter de la USA Amateur Athletic Union (AAU). La même année, McCallum est devenu le champion poids welter des USA Golden Gloves. Encore en 1979, McCallum est devenu le champion poids welter des USA National Golden Gloves. En 1979, aux Jeux panaméricains tenus à San Juan à Porto Rico, McCallum a été éliminé au deuxième tour de la finale par Andres Aldama, de Cuba; McCallum a donc dû se contenter de la médaille d'argent. La dernière rencontre amateur de McCallum l’a impliqué dans la défaite face au portoricain Alex de New York «le Bronx Bomber» Ramos, pour les championnats des Golden Gloves de New York.

Le combat Kalule-McCallum n’était pas un combat pour le titre, il devait durer 10 rounds. McCallum a dominé de manière écrasante Kalule. McCallum était plus mince et 2 pouces plus grand que le Kalule plus trapu. McCallum était visiblement plus rapide, plus agile et précis dans les coups, et ses coups continus frappaient la tête et n'importe où au-dessus du tour de taille. McCallum a profité de sa longue portée et de sa vitesse, laissant un Kalule fort et vaillant incapable de l'atteindre. Kalule a également subi un renversement en partie haute lors des tours préliminaires. Kalule a continué à recevoir des coups de poing de "The Body Snatcher" McCallum et, au 7e round, était sur le point d'être renversé. La décision dans le coin de Kalule était qu'il ne continuerait pas. McCallum avait remporté par KO technique par Kalule se retirant! McCallum deviendrait en 1984 champion du monde des poids moyens légers de la WBA, un titre qu’il perdrait contre Sumbu Kalambay (un résident zaïrois en Italie) que Kalule avait battu. McCallum est notamment devenu le premier champion du monde de boxe jamaïcain. McCallum retrouvera plus tard le titre WBA en battant Herol Graham, son adversaire lors du dernier combat professionnel de Kalule. McCallum est même devenu champion du monde des poids lourds légers de la WBC. Il a ensuite été vaincu et a pris sa retraite en 1997, à l'âge de 40 ans, après une brillante carrière de 49 victoires, 5 défaites et 1 match nul. McCallum et Kalule font partie des plus grands boxeurs poids légers au monde de tous les temps.

C'est après une période inhabituellement longue de près de 18 mois que Kalule a été engagé pour un combat professionnel. Le 25 avril 1984, Kalule a éliminé Jimmy Price, du Royaume-Uni, qui jouissait d'une grande estime et d'une défaite, en l'assommant dès le premier tour à Londres. Kalule a ensuite éliminé le Canadien Wayne Caplette au troisième tour à Randers au Danemark, en octobre 1984. Le 9 novembre 1984, Kalule a dominé Lindell Holmes, des États-Unis. Après plusieurs tentatives courageuses, Lindell Holmes deviendrait champion du monde des super-moyens IBF en 1990 avec une victoire à la majorité sur le légendaire boxeur américain Frank Tate.

Le prochain combat important pour Kalule sera celui contre le champion de France, Pierre Jolly, très estimé, le 20 juin 1985 à Copenhague. C'était un concours pour le titre vacant de poids moyen de l'UER (Union européenne de boxe). Jolly a perdu, par un TKO au 8ème round, dans un combat prévu pour 12 rounds.

Six mois plus tard, cette fois dans les Marches en Italie, Kalule était opposé à Sumbu Kalambay, né au Zaïre, dans la ville d'adoption de Kalambay. Le combat qui a eu lieu le 19 décembre 1985 a impliqué deux beaux boxeurs. Kalule a été renversé au tour 5 et au tour 11. Kalambay a été renversé au dernier tour. L'arbitre Mike Jacobs a attribué la victoire à Kalambay par 113-114 points. Les deux juges se sont rangés aux côtés de Kalule: 118-115 et 117-114. Kalule avait conservé le titre de l'UER à la majorité! Quant à Kalambay, il remporterait en 1987 le titre de poids moyen de l’UER en battant Herol Graham, et battrait même le légendaire américain Iran Barkley pour le titre vacant de poids moyen mondial WBA, par décision unanime; En 1988, il défendrait Mike McCallum pour le même titre, battrait les Américains Robbie Simms par décision unanime et assommerait l’Américain Doug Dewitt pour le même titre. La plus grande humiliation de sa carrière pour Kalambay a été de se faire renverser par Michael Nunn au premier tour du match de championnat du monde IBF. "Ring Magazine" a surnommé cela le "Knockout de l'année 1989". Pour ajouter l'insulte à la blessure, la WBA avait déjà dépouillé Kalambay de sa couronne de poids moyen WBA!

Au cours de la prochaine année de 1990, les victoires de Kalambay, lors de combats sans titre, seraient principalement attribuables aux KO. Le jour de l’Aric Fool's 1991, il se retrouva une nouvelle fois opposé à son ennemi juré, Mike McCallum, pour le titre mondial des poids moyens WBA, à Mote Carlo, à Monaco. Le combat a duré 12 tours. Le juge Fernando Viso a fait perdre Kalambay par 114-116, le juge Orlando Sam a gagné par Kalambay par 115-114 et le juge Justo Vasquez par Kalambay par 115-116. Dans leur match de revanche, McCallum avait gagné de justesse. Kalambay a ensuite remporté son titre à l'UER face à Steve "The Celtic Warrior" Collins d'Irlande, le combat qui se déroule en Italie. Le 19 mai 1993 marquerait officiellement la dernière apparition professionnelle officielle de Kalambay en tant que boxeur. Il a été battu par le Britannique Chris Pyatt dans le Leicestershire au Royaume-Uni, par décision unanime, et n'a donc pas réussi à s'emparer du titre vacant des poids moyens de la WBO (World Boxing Organization). Avec 57 victoires, 6 défaites et 1 match nul, un homme qui a défié beaucoup de grands de la boxe, Sumbu Kalambay restera une légende africaine et italienne.

Le 5 février 1986, Kalule devait défendre son titre dans le Yorkshire au Royaume-Uni contre Herol "Bomber" Graham du Royaume-Uni. Graham a arrêté Kalule au tour 10, sur 12 tours prévus. La perte du titre de Kalule contre Herol Graham dans l'EBU signifiait officiellement que Kalule suspendait ses gants à la scène professionnelle. Il est intéressant de noter que Herol Graham, en tant qu'amateur, a battu un autre boxeur ougandais célèbre, John Mugabi, lors de la finale du Championnat du monde junior de 1976. La défaite contre Graham a marqué le 46e et dernier combat de Kalule.

Dans le numéro du journal ougandais "Bukedde" de l'article "Kalule Ayomba" de Silvano Kibuuka (9 novembre 2009), Kalule raconte qu'il avait prévu de prendre sa retraite après 50 combats et qu'il était fier de l'une de ses principales choses. était qu'il n'a jamais été battu dans le ring par un boxeur blanc. Kalule a quitté le Danemark en 1993 et ​​s'est installé au Kenya où ses entreprises ont échoué. Il est retourné dans son pays natal, l'Ouganda, après plusieurs années au Kenya.

Plus tard, en 1987, Graham perd le titre de l’UER contre Sumbu Kalambay (que Kalule avait battu). Graham perdrait également contre Mike McCallum (par décision partagée) en 1989, à Londres, pour le titre vacant des poids moyens WBA. Après quelques victoires, Graham serait éliminé au tour 4 par Julian Jackson, dans la course au titre vacant du titre mondial WBC, le combat ayant lieu en Andalousie en Espagne.

En 1992, Graham a encore une fois perdu face à Kalambay dans sa tentative de remporter le titre de poids moyen de l'UER, dans les Marches en Italie. Après des victoires impressionnantes et une défaite contre Frank Grant, Graham a affronté Charles Brewer, des États-Unis, dans le New Jersey, en 1998, pour le titre mondial des super-moyens (IBF). Bien que Graham ait rapidement pris les devants et ait même renversé Brewer à deux reprises, Graham a finalement été éliminé. au tour 10. C'était la fin de la carrière de Graham.

Quant à Ayub Kalule, compte tenu de ses excellentes victoires amateurs dans son pays natal, l'Ouganda, dans les championnats régionaux d'Afrique orientale et centrale, aux championnats de boxe panafricains, aux championnats du monde amateurs, aux championnats d'Europe et aux championnats du monde de Kalule. va rester pendant des décennies le boxeur le plus accompli et le plus décoré d'Ouganda. Kalule boxé à l'âge d'or de la boxe et du sport dans son pays (années 1960 et 1970), tous les boxeurs professionnels (seulement quatre) qui ont réussi à vaincre le légendaire Ayub Kalule sont eux-mêmes des légendes. Ayub Kalule s'est parfois vu refuser une opportunité pour la couronne mondiale par la WBA. La volonté de Kalule de se battre contre tous les prétendants se révèle avant tout comme un concurrent très dévoué et déterminé qui aime et respecte son jeu de boxe. Au cours de sa carrière professionnelle de boxeur alors qu'il résidait au Danemark, Kalule est alors devenu le migrant le plus renommé.



Source by Jonathan Musere

What do you think?

0 points
Upvote Downvote

Written by Congo-buzz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Obtenez du marketing gratuit sur YouTube

L'Ouganda et ses meilleures performances aux Jeux du Commonwealth: boxeurs et athlètes de piste dans les années 1970