Ruberwa trouble ordre et quiétude à l’OGEFREM et met en mal la cohésion sociale au risque d’arrêter le travail




[ad_1]

Sa lettre du 02 août adressée au président du Conseil d’administration de l’OGEFREM, est à la base du climat malsain constaté actuellement dans les rangs des agents et cadres de l’Office de Gestion du Fret multimodal (lettre ci-dessous).




Dans ladite lettre, le personnel de l’OGEFREM à travers un mémo élaboré par l’intersyndical de l’entreprise constate les impaires de Ruberwa, ministre intérimaire des transports et voies de communication ; impaires qui frisent une certaine dictature et imposition, venant de ce ministre ; et allant jusqu’à violer les textes réglemententaires (mémo ci-dessous).

Le bras-de-fer, Ruberwa-OGEFREM se cristallise autour du dossier de suspension de l’agent Mirindi Batumike.

Ruberwa exige et ordonne d’autoritaire dans sa lettre, non seulement la levée de la suspension de Mirindi, mais aussi et surtout le paiement des salaires que ce dernier n’a pas touchés pendant toute sa période de suspension.

Ruberwa s’appuie sur les décisions d’une réunion du Conseil d’administration convoquée, pourtant sous son dictat et terribles pressions politiques exercées sur les membres du Conseil d’administration de l’OGEFREM, et cela avec ordre du jour dicté de son propre Chef.

Alors que Mirindi, devrait par ailleurs passer devant la commission de discipline pour y présenter ses moyens de défense pour les faits qui lui ont été reprochés, voilà que contre toute attente, expliquent les syndicalistes dans leur mémo : «Ruberwa s’oppose à la condition de remettre Mirindi devant une commission de discipline pour lesdits faits».




Décision qui n’arrange nullement les agents et cadres de l’OGEFREM, qui voient en Ruberwa des motivations politiques du genre à faire à torpiller l’ordre et la quiétude observés présentement au sein de l’entreprise.




Des motivations politiques au risque même de provoquer un arrêt de travail dans les heures qui suivent.

Le PCA de l’OGEFREM prend ses distances avec ce dossier et charge Reberwa.

La mesure de la levée de suspension de Mirindi était prise au terme d’une réunion du Conseil d’administration, le 15 juillet – réunion convoquée sous pression- du ministre intérimaire des transports et voies de communication.

Le PAC se libère des charges et accuse Ruberwa, en précisant dans sa lettre au directeur général de l’OGEFREM, ce qui suit : «le vice-premier ministre s’oppose à ce que l’agent comparaisse devant la commission» (lettre également ci-dessous). Une façon pour le PCA de prend distances avec ce dossier.

1. Lettre de Ruberwa



[ad_2]

Source d’article

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Discover

Sponsor

Latest

FOOT-MERCATO: BINGO, LE PROMETTEUR OREL MANGALA SUR LA  PISTE LYONNAISE !

A la recherche d’un milieu relayeur, les Gones de l’ Olympique Lyonnais cherchent à remplacer Tanguy Ndombele parti à Tottenham. Les Rhodaniens ont...

FOOT-MERCATO: AVEC L’ARRIVÉE DE DJENI GNANZOU, LE TP MAZEMBE FAIT LE PLEIN POUR LA SAISON 2019-2020

Qui veut aller loin ménage sa monture. Après les départs de certains cadres de son effectif, le très professionnel club congolais, le TP...

Découvrez la nouvelle coupe de cheveux de pierre Emerick Aubameyang après le confinement

Après  plus de deux mois  de confinement , les stars du football sont pour certains de retour aux entraînements à fin de tenter de...

SUD-KIVU : Après la commune de kadutu,Théo KASI NGWABIDJE, Gouverneur de Province s’est rendu dans la commune de Bagira pour s’enquérir de la situation...

Ici ,il a insisté sur les projets communs qui cadre avec le développement,qui doivent bénéficier de l'espace. Les titres à caractère communautaire seront privilégiés et...

Polémiques sur les yeux de Maria Mobil : elle dit tout enfin.

Les fameux yeux de Maria Mobil font jaser. Sur les ondes de Vibe Radio, l’aguichante. Jolie Amina dit tout enfin. Les fameux yeux de Maria...