Un sit-in pour dénoncer les massacres à Beni (Nord-Kivu)




[ad_1]

Les populations d’Eringeti, Maimoya, Oicha, Mamove, Mbau,et Mavivi ont pris d’assaut la RN 4 (route nationale n°4) le mercredi matin pour dénoncer les massacres des civils attribués, depuis 2014, aux rebelles ougandais d’ADF (Allied democratic force).

Les manifestants se sont rendus et déposé un mémorandum au quartier général de la Mission des Nations unies au Congo (MONUSCO), situé à Mavivi.




« Nous exhortons la communauté internationale à s’engager résolument dans la résolution durable de la crise sécuritaire qui sévit actuellement dans la province du Nord-Kivu. Nous lançons un appel vibrant et solennel à l’ONU, à l’Union africaine, à la SADC (La Communauté de développement d’Afrique australe), à l’Union européenne, à tous les États et amis de la République démocratique du Congo pour assurer pleinement la responsabilité de protéger la population de Beni contre les graves périls auxquels elles sont exposées notamment génocide, épuration ethnique », a déclaré Lewis Saliboko, rapporteur de la société civile du territoire de Beni.

Les autres recommandations sont adressées aux élus de ce territoire. Il leur est demandé « de sécher les activités au Parlement et de venir constater avec la population ce qui se passe ».

Les manifestants demandé au « chef de l’État d’accomplir sa promesse de restaurer la sécurité. Il l’avait promis lors de la campagne électorale et si c’est la démagogie, nous allons nous prendre en charge ».

La MONUSCO est-elle conviée « de faire tout ce qu’elle peut et demander à la CPI (Cour pénale internationale) d’enquêter sur la situation afin d’arrêter tous ceux qui peuvent l’être ».




« Nous sommes conscients que votre zone de Beni est en risque. Nous sommes en train de mobiliser tous nos efforts avec nos partenaires locaux pour protéger et sauver des vies. Nous comptons sur votre coopération habituelle pour changer cette situation », a avancé le chef de Bureau de la MONUSCO, après avoir reçu le mémorandum.




Cette manifestation a occasionné le blocage de la RN4 et par conséquent des véhicules joignant Kisangani à Beni jusqu’en début de l’après-midi.
C’est ainsi que la police avait usé de gaz lacrymogène pour disperser la centaine des personnes rassemblées devant le bureau local de la MONUSCO, suivi un jet de projectiles ayant blessé trois personnes dont un policier.

Eric Lukoki



[ad_2]

Source d’article

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Discover

Sponsor

Latest

Covid-19 : 73 nouveaux cas confirmés à Kinshasa

le comité multisectoriel de la riposte à la pandémie du covid-19 a dans son bulletin du 13 mai 2020, indique que 73 nouveaux cas...

Les avertissements de Kabila contre Kamerhe au gouvernement

«Si jamais, le CACH laisse Kamerhe prendre la vice-primature de l’intérieur ou si jamais Kamerhe faisait son entrée au gouvernement, le FCC activera...

CINÉMA- 10 CHOSES QUE VOUS IGNOREZ SUR LES CÉSARS

Vous avez toujours entendu parler de César au cinéma, cette récompense historique qui marque la carrière des hommes et des femmes œuvrant dans...

Covid-19 : avec 32 nouveaux cas confirmés, la la République Démocratique du Congo dépasse la barre de 600 cas confirmés

L'équipe de riposte contre le Coronavirus en RDC, annonce, ce vendredi 1er mai, 32 nouveaux cas confirmés du coronavirus, dont 27 à Kinshasa, 4...

Affaire sextape de l’évêque Mukuna, ils ont dit que…

Après une supposée vidéo pornographique qui a fait le tour de réseaux sociaux hier samedi 02 mai à Kinshasa, où l'on montre l'évêque Pascal...